Blockchain en actions : usages et limites

22/07/2016 | EIFR

Le concept de la blockchain est maintenant connu : nouvelle architecture de bases de données décentralisées, nouvelle approche d’un tiers de confiance « éclaté », nouvelle répartition du travail se passant d’intermédiaires et de fonctions centrales…

Le spaghetti network -hier symbole du désordre- devient enfin un modèle en termes de sécurité et de coûts. Cette nouvelle technologie défie la finance dans sa vocation première d’intermédier. A l’évidence si la révolution est en marche, son point d’aboutissement reste inconnu car de nombreuses hypothèses juridico-techniques sont à lever pour en évaluer l’ampleur. 2016 n’étant plus dans la théorie, mais bien dans la pratique, il est impératif de mieux comprendre et de lever la confusion. La mise en œuvre de la blockchain dans la finance se fait par tâtonnements, sur des cas d’usage et des cas réels à partir desquels de nouvelles logiques d’activité « transactions driven » sont testées. On y reconstitue des soldes/positions à la demande et les nouveaux business models deviennent plus informatiques « intensive » avec moins/absence de back office. Ces use cases permettront de  mieux comprendre le lien entre cette technologie de base de données sécurisée et une dématérialisation totale du « travail » anciennement associé… (Back offices centraux). Ces premiers cas concrets mettent également au jour la nature des limites tant quantitatives et fonctionnelles qui existent aujourd’hui, que juridiques et réglementaires (propriété des données, comptabilité classique en partie double comme socle du droit de propriété des titres, surveillance des marchés…).

A la suite du travail académique de l’ILB, ce séminaire est résolument tourné vers des cas d’usage concrets (par exemple le lien entre le nouveau modèle des bons de caisse et des « mini-bons », les échanges de titres non coté), véritables leçons opérationnelles pour s’approprier avec pragmatisme les développements potentiels de cette nouvelle réalité.

  Principes généraux, enjeux et limites  

avec Thibaut de Lajudie, Associé, Ailancy

  Enjeux stratégiques et approche pragmatique :  
Initiative publique et cas des bons de caisse et mini-bons
Avec Pierre Davoust, Deputy Head of Housing Financing - Direction générale du Trésor

  Les pistes technologiques pour contourner les limites des Blockchain publiques :  

modalités de consensus, identification des participants, audit & contrôles, volumes…
Avec Pierre Porthaux, cofondateur et président, Blockchain solutions

  Uses cases et éléments de business models :  

des uses cases théoriques aux uses cases concrets
avec Thibaut de Lajudie, Associé, Ailancy

  Uses cases et éléments de business models : 

Réflexions sur enjeux économique et illustration par cas d’usage dans le métier titres 
avec Philippe Ruault, Chief Digital Office, BNP Paribas Securities Services

  Problématiques juridiques   

avec Pierre Storrer, Avocat, Kramer-Levin

  Identification des questions de régulation  

avec Antoine Bargas, Chargé de mission Post- marché, AMF

  Cas d’usages génériques à des usages sur mesure  

avec Richard Caetano, Cofondateur et DG, Stratumn

  Conclusion  

avec Laurent Leloup, Président de France Blocktech