La transformation digitale des sociétés de gestion de portefeuille en “sgp 3.0”

04/05/2017 | AFG

L’environnement de la gestion d’actifs change à grande vitesse ce qui, avec l’essor des technologies numériques, engendre l’émergence de nouveaux business models portés tant par les sociétés de gestion de portefeuille (SGP) que par de nouveaux acteurs (FinTech, sociétés Internet,...).
Notre ambition est de susciter une prise de conscience forte de la part des professionnels sur les aspects disruptifs du numérique. Elle est aussi d’apporter des pistes de réflexion leur permettant de mieux comprendre les enjeux et opportunités afin de prendre les décisions stratégiques adéquates.
L’industrie de la gestion d’actifs est le troisième secteur financier, après la banque de détail et les moyens de paiement / transferts d’argent, susceptible d’être le plus “disrupté” par les FinTech et les GAFA d’ici 2020. La menace d’uberisation de la gestion d’actifs est dans tous les esprits en faisant le parallèle avec le secteur des taxis, autre activité très réglementée. Pour une SGP proposant de la gestion active à ses clients, Mc Kinsey estime que le digital peut engendrer 18 % à 30 % de résultat opérationnel additionnel grâce à l’amélioration de l’expérience client, un meilleur mix produit et une efficience opérationnelle forte. En revanche, 24 % à 40 % du résultat opérationnel est à risque du fait de la concurrence des FinTech et des GAFA, de la pression sur les prix en terme de mix produits, du coût de la distribution et de la sécurité des données. Les SGP ont conscience de ces enjeux, mais peu encore utilisent le digital. Plus de 50 % des SGP perçoivent la pertinence de l’utilisation du Big Data dans les activités commerciales, mais seulement
12 % à 33 %, selon les thématiques, utilisent les Big Data à cet effet.
Ces technologies digitales s’appellent Big Data, Machine Learning, Blockchain ou robots. Elles sont développées dans ce guide.

L’environnement de la gestion d’actifs change à grande vitesse ce qui, avec l’essor des technologies numériques, engendre l’émergence de nouveaux business models portés tant par les sociétés de gestion de portefeuille (SGP) que par de nouveaux acteurs (FinTech, sociétés Internet,...).
Notre ambition est de susciter une prise de conscience forte de la part des professionnels sur les aspects disruptifs du numérique. Elle est aussi d’apporter des pistes de réflexion leur permettant de mieux comprendre les enjeux et opportunités afin de prendre les décisions stratégiques adéquates.
L’industrie de la gestion d’actifs est le troisième secteur financier, après la banque de détail et les moyens de paiement / transferts d’argent, susceptible d’être le plus “disrupté” par les FinTech et les GAFA d’ici 2020. La menace d’uberisation de la gestion d’actifs est dans tous les esprits en faisant le parallèle avec le secteur des taxis, autre activité très réglementée. Pour une SGP proposant de la gestion active à ses clients, Mc Kinsey estime que le digital peut engendrer 18 % à 30 % de résultat opérationnel additionnel grâce à l’amélioration de l’expérience client, un meilleur mix produit et une efficience opérationnelle forte. En revanche, 24 % à 40 % du résultat opérationnel est à risque du fait de la concurrence des FinTech et des GAFA, de la pression sur les prix en terme de mix produits, du coût de la distribution et de la sécurité des données. Les SGP ont conscience de ces enjeux, mais peu encore utilisent le digital. Plus de 50 % des SGP perçoivent la pertinence de l’utilisation du Big Data dans les activités commerciales, mais seulement
12 % à 33 %, selon les thématiques, utilisent les Big Data à cet effet.
Ces technologies digitales s’appellent Big Data, Machine Learning, Blockchain ou robots. Elles sont développées dans ce guide.

Télécharger le guide