Les FinTechs encaissent l’onde de choc du confinement

03/09/2020 | Revue Banque

Partout dans le monde, le confinement a entraîné une baisse de l’activité et des financements des Fintechs, jusqu’alors en pleine croissance. Les études de cabinets spécialisés qui se sont succédé cet été en ont fait le constat, en le nuançant toutefois, notamment en distinguant certaines zones géographiques : les FinTechs asiatiques, et plus particulièrement chinoises, ont été de loin les plus touchées. Quelques acteurs internationaux, parmi les plus solides et les mieux établis, tirent leur épingle du jeu. Selon Forrester [1], les 21 FinTechs qui ont obtenu un financement d’au moins 100 millions de dollars ont concentré 65 % des fonds levés par la communauté au deuxième trimestre. GP Bullhound [2] souligne la bonne santé des spécialistes du paiement, au cœur de la crise sanitaire. CB Insights [3] note qu’après un recul marqué aux premiers jours de la crise, le deuxième trimestre de 2020 a connu un regain de l’activité des investisseurs. L’Observatoire de la FinTech souligne pour sa part la résilience des start-up françaises, avec 496 millions d’euros de levée de fonds en 36 opérations au 1er trimestre. « Leur activité, nativement digitale, leur a permis de se montrer agiles et réactives », écrivent les auteurs. Une capacité à rebondir signalée aussi par l’étude de Finance Innovation et 99 Advisory [4], qui détaille les évolutions impulsées par ces start-up dans leur manière de travailler et de communiquer, ou leurs changements de marchés ou d’activités. G. D.