Anacrédit

Le contenu du cadre d’AnaCredit a été publié dans un règlement de la BCE au premier trimestre 2015. Après l’approbation par le conseil de la BCE courant mai 2015, le règlement de la BCE « AnaCredit » est prévu pour entrer en vigueur en 1er janvier 2018 et constituera le cadre juridique de la mise en place d’un registre central de crédit basés sur les données exposées ci-dessus.

L’impact d’AnaCredit sera d’abord son application à toutes les institutions financières opérant dans les pays de la zone Euro, y compris les filiales des établissements financiers et entreprises domiciliés hors zone Euro, mais y opérant. Autre point à mentionner : l’impact sur les institutions financières non bancaires, qui suite à la crise financière et du fait des faibles taux d’intérêt, ont augmenté leur gestion d’actifs, à la recherche de meilleurs rendements, comme les compagnies d’assurance qui ont significativement augmenté leur part de marché européen du crédit, en particulier sur les marchés de la dette des entreprises. AnaCredit concernera cet ensemble d’établissements et non seulement les banques.

AnaCredit exigera des établissements visés de transmettre presque toutes les informations de chaque prêt (avec un seuil déclaratif prévu à 25 000 Euros) à leur banque centrale respective. Les discussions actuelles suggèrent que les entreprises devront fournir entre 100 à 150 éléments unitaires de données, prêt par prêt avec des rapports sur chaque emprunteur individuel. Cela inclura à la fois des informations quantitatives sur le risque de crédit et des descriptions qualitatives. Les instruments de crédit qui doivent être déclarés sont larges, comprenant à la fois les expositions de crédit au bilan et hors bilan (facilités de crédit inutilisées, dérivés de crédit, garanties, etc.).

L’impact d’AnaCredit ne doit pas être sous-estimé, de nombreux observateurs suggèrent d’importantes quantités de données nécessaires à travers d’un ensemble divers de systèmes d’information sources.

Retour à la liste