Le shadow banking peut-il soutenir le développement économique ?

Une réfléxion de synthèse du Labex ReFi et du cercleTurgot

Le Shadow Banking – éd. Eyrolles- mai 2015

Intervenants : Jean-Jacques PLUCHART - Constantin MELLIOS et Eric LAMARQUE, professeurs d’universités, Paris-I Panthéon-Sorbonne, le directeur de l'axe régulation et risques financiers, Labex ReFi
 

Présentation

Eric Lamarque : Questions - Réponses
 

• une réalité difficile à cerner
• Est-ce réellement un mode de financement alternatif ?
• Quels sont les risques portés par ces nouveaux acteurs ?
• Est-ce un concurrent du système bancaire traditionnel ?
• Faut-il et jusqu’où le réguler ?


Constentin Mellios : Une ouverture sur de nouveaux canaux de financement

Un véritable canal de financement alternatif aux canaux traditionnels qui met en évidence les mutations des modes d’intermédiation bancaire et dégagent les perspectives d’évolution des nouveaux canaux de financement de l’économie.

Jean-Jacques Pluchart : Un défi pour les économies émergentes

Selon les rapports du FSB et du FMI,les plus fortes croissances des flux financiers issus du shadowbankingsontobservées au sein des BRIC et des économies émergentes. Cette dynamique suscite les questionnements des autorités de régulation, des milieux financiers et des communautés scientifiques sur l’ampleur des risques (systémiques) que fait directement encourir le shadowbankingà ces économies – et indirectement aux économies occidentales – et sur les effets d’un « Shadow Banking non aligné ».